Actualité sportive en auvergne



Photo © Renaud Baldassin

Romain Bardet : une nouvelle saison aux antipodes

Six mois que l’on n’avait pas revu Romain Bardet en compétition. L’Auvergnat a entamé sa saison ce mardi (dans la nuit), en Australie à l’occasion du Tour Down Under. Avec la volonté profonde de construire les bases d’une nouvelle ère dans sa carrière.

Romain Bardet vient d'ouvrir un nouveau chapitre dans sa carrière. Pour redonner un coup de boost à un scénario qui commençait à devenir redondant, le grimpeur a choisi de s’aventurer dans une nouvelle préparation aux antipodes de ce qu’il avait l’habitude de réaliser. Tant sur le plan géographique que sportif.

Pour la première fois de sa carrière, Romain Bardet participe depuis ce mardi à l’épreuve australienne du Tour Down Under (jusqu’à dimanche). Un pays qu’il découvre avec un enthousiasme non feint. Lui l’amateur de voyages et de vignobles dont il a pris le temps de dénicher quelques belles trouvailles entre deux entraînements avec ses coéquipiers Axel Domont et Clément Chevrier. « On a connu de belles émotions avec d’étonnantes Syrah », précise même cet amateur avisé.

Mais là n’est bien évidemment pas l’objectif majeur de ce stage. Si la notion de plaisir est primordiale, Romain Bardet, arrivé en Australie depuis le 28 décembre dernier, travaille avant tout pour préparer l’avenir. Et notamment le Giro, son premier gros objectif de la saison. Ce Tour Down Under va donc lui servir avant tout de test afin de valider son premier bloc d’entraînement.

 

Sa première course depuis pratiquement six mois

 

« Je n’attends rien de spécial de cette épreuve, explique sans ambage Romain Bardet. Je prends cette course comme la concrétisation d’un bloc d’entraînement. Je ne fais pas de plan particulier. Je n’ai pas d’objectif non plus si ce n’est celui de me donner à fond. Pour l’heure, je suis satisfait de ce que j’ai réalisé à l’entraînement. J’ai maintenant hâte de pouvoir accrocher un dossard. »

Après un Tour de France non conforme à ses ambitions, le leader de la formation AG2R La Mondiale avait ressenti le besoin de souffler. De se sortir la tête du cyclisme. Usé mentalement par des programmes routiniers, Romain Bardet avait exprimé l’envie de mettre un terme à saison après la fin d’une Grande Boucle ponctuée à la 15e place. Voilà donc près de six mois que l’Auvergnat ne s’était pas engagé au départ d’une course. Cette longue coupure fut finalement une nécessité. L’enthousiasme est revenu à la faveur de cette initiatique préparation australienne. Même si, pour ce fervent défenseur de la cause environnementale, les incendies ont nettement pondéré les choses.

 

« Difficile de se réjouir de sa situation personnelle »

 

« C’est difficile de se réjouir de sa situation personnelle et de se dire que l’on passe un bon séjour en Australie. Quand on voit ce qu’il se passe juste à côté de nous, à quelques centaines de kilomètres... Des gens qui ont perdu leur maison, des milliers d’hectares de terres brûlés... C’est toujours difficile de mettre sa situation personnelle en perspective. Au-delà de ça, c’est une très bonne expérience. Car je trouve des terrains finalement très propices à l’entraînement. De très bonnes conditions avec des gens très enthousiastes. Ce sont de très bonnes conditions pour aborder cette nouvelle saison. »

Une nouvelle saison qui débute donc sous le signe de la découverte. Celle-là même qui l’a conduit à privilégier le Giro au Tour de France. Une saison finalement aux antipodes de ce qu’il a connu depuis ses débuts professionnels en 2012.

 

Arnaud Clergue

Commentaire