Actualité sportive en auvergne



Photo © Christian Stavel

Un match à très vite oublier pour Aurillac

Complètement à côté de la plaque, les Aurillacois ont pris l’eau sur la pelouse de Narbonne face à Béziers, ce vendredi (34-7). Une lourde défaite qui va faire mal aux têtes.

Le Stade Aurillacois est retombé dans ses travers. Face à une équipe de Béziers moyenne, les Cantaliens se sont fait corriger et sont rentrés de Narbonne les valises bien pleines, comme trop souvent à l’extérieur. Un match à vite oublier. 

Tout proches de réaliser l’entame de match parfaite en mettant la défense biterroise sur le reculoir, les Aurillacois, à seulement dix mètres de la ligne, se précipitaient, égaraient le ballon et voyaient Béziers planter un essai de 90 mètres en contre, conclu par Rawaca après une dernière passe de Best à la limite de l’en­-avant (7-­0,3e). 

Une bonne entame puis plus rien


Malgré de belles intentions dans le jeu et une relative domination, Paul Boisset et ses hommes ne parvenaient pas de leur côté à débloquer leur compteur, la faute à quelques imprécisions. 

Au contraire, les Héraultais faisaient preuve d’un froid réalisme et Suchier claquait un drop juste avant la demi-­heure de jeu (10-­0, 27e). 

Réduits à 14 dans la foulée après le jaune sévère reçu par Nostadt (29e), les Cantaliens encaissaient une nouvelle pénalité de Suchier (13-­0, 35e) avant de voir Coertzen recevoir un jaune à son tour (40e). 

Pas le moindre point avant la 73e minute


Pas si loin que ça au tableau d’affichage sans être fabuleux, cette fois, les Aurillacois n’auront pas réussi un second acte du même tonneau qu’à Biarritz deux semaines plus tôt. 

À l’image de la première période, les hommes d’André Bester et Thierry Peuchlestrade cédaient rapidement face à la puissance de Kelly (20­-0, 44e). 

Même revenus à égalité numérique, les Cantaliens ne parvenaient pas à renverser la tendance. Cantonnés dans leur camp, ils voyaient Marco Pena, à peine entré en jeu, aller aplatir à son tour et offrir le bonus offensif à Béziers (27-­0, 52e). 

Après le quatrième essai biterrois inscrit par Viiga (34-­0, 68e), Shaun Adendorff sauvait simplement l’honneur (34-­7, 73e). Une bien maigre consolation. 


La fiche technique : 

Narbonne (Parc des sports et de l’amitié). Béziers bat Aurillac 34-7 (mi-temps : 13-0). Pelouse excellente. Temps frais. 2.867 spectateurs. Arbitre : M. Carrillo (Occitanie). 

Les points. Béziers :4essais de Rawaca (3e), Kelly (44e), Marco Pena (52e), Viiga (68e) ; 1 drop (27e), 1 pénalité (35e), 3 transformations (3e, 44e, 52e) de Suchier ; 1 transformation (68e) de Katz. Aurillac : 1 essai d’Adendorff (73e) ; 1 transformation de De Wet (73e). 

Cartons jaunes. Aurillac : Nostadt (29e), Coertzen (40e), Tsutskiridze (62e). 

Carton rouge. Béziers : Viiga (79e). 

Béziers. Bérard ; Ballu, Puletua, Rawaca, Touizni ; (o) Suchier (Katz, 60e), (m) Trussardi (Pic, 60e) ; Best (cap.), Hoarau (Viiga, 54e), Kelly ; Tuineau (Desroche, 60e), Marie ; Samaran (Kouider, 54e), Estériola (Marco Pena, 52e), Fernandes (Lafon, 60e).

Aurillac. McPhee ; Valentin, Colliat (Cassan, 50e), Saïd-Omar (Colliat, 51e), Coertzen ; (o) Segonds (De Wet, 50e), (m) Boisset (cap.) ; Maituku (Roussel, 47e), Adendorff (Amrouni, 34e), Tsutskiridze ; Corbex (Javakhia, 47e), Hézard (Lomidze, 47e) ; Ojovan (Seyrolle, 54e), Lebreton (Rieu, 40e, Lebreton, 79e), Nostadt (Adendorff, 40e, Maituku, 74e).


Nourredine Regaieg
Commentaire