Actualité sportive en auvergne



Photo © Dorian Loubiere

Romain Olivier, vainqueur solidaire de l'Ultra-trail du puy Mary Aurillac [classements]

Romain Olivier, vainqueur, et Guillaume Porche, deuxième, sont venus à bout de cet Ultra-trail du puy-Mary-Aurillac, au terme d’une course de 11 h 54’, sur un circuit de repli en raison de la météo, ce samedi 15 juin. Les deux traileurs de haut niveau ont dédié leur performance à Titouan.

Ils ont pris la course en main, dans la nuit de vendredi à samedi, dès les premiers kilomètres, peu après Velzic. Le duo a accentué son avance sur les autres et gardé un rythme soutenu jusqu’à son arrivée, 11 h 54’  après avoir pris le départ du 105 km de l’UTPMA (Ultra-trail du puy Mary Aurillac). Cette « conclusion était évidente », pour Guillaume Porche, qui termine deuxième au classement général tandis que Romain Olivier prend la première place. Toutefois, c’est main dans la main avec le jeune Titouan, 11 ans, que les deux hommes ont franchi la ligne d’arrivée, ce samedi 15 juin, à Aurillac.
Parrain de ce jeune Cantalien atteint d’une leucémie, dont il portait le dossard, le vainqueur et son dauphin, fidèles à l’esprit d’entraide qui les a animés pendant cette éprouvante course, ont tenu à lui offrir ce moment inoubliable.Romain Olivier avec Titouan.
Deuxième en 2017 sur l’UTPMA, derrière Benoît Cori, Romain Olivier, qui enchaîne les performances, (8e au MUIT de Madère, 8e sur la Transgrancanaria, 6e sur le Grand raid de La Réunion (Diagonale des Fous), a tenu son standing, sur cet événement.

Dans le Cantal, le jeune Titouan lutte avec les siens contre la leucémie

Néanmoins, le premier finisher a eu la victoire modeste. « Les conditions étaient difficiles. Mais quand on sait ce que vit notre Titouan, qui se bat tous les jours, on ne pouvait pas faire autre chose que de se battre aujourd’hui », confiait-il, à l'arrivée. Même humilité chez Guillaume Porcher, très touché par cette histoire.
« On est des compétiteurs, on aime la performance, mais on aime bien les belles rencontres », a conclu le vainqueur de la SaintéLyon.Romain Olivier, à l'approche de Mandailles.
De quoi relativiser la modification du circuit du 105 km, décidée par les organisateurs, en raison des risques d’orage. Le tracé de repli, mis en place peu après le Lioran, a tenu les 800 ultra-traileurs éloignés des crêtes, entre le Bec de l’Aigle et le puy Mary inclus. S'il a perdu 300 mètres de dénivelé sur les 5.500 initiaux, le parcours comptait au moins deux kilomètres de plus. Guillaume Porche avec Titouan, à l'arrivée.

Certes, guide de haute montagne, Romain Olivier n’aurait pas rechigné à grimper sur le toit du Cantal, mais la bataille contre les éléments sur un sol gras a eu son charme. « Je me suis calé sur les temps que j’ai fait, il y a deux ans. Quand il y a eu les grosses trombes d’eau, dans la matinée, il a fallu trouver les ressources pour se dire que l’orage allait passer », rigole l’ultra-traileur. Avant d’avouer que l’essentiel, pour lui, était ailleurs. « Il y a deux ans, j’ai fait deuxième derrière Benoît Cori, sous un temps magnifique, j’ai été servi. Là, je venais pour une autre cause. C’est ce qui m’importait. La journée était pour Titouan et l’association Acte Auvergne. »

Guillaume Porche se dirige vers Mandailles.

Malgré les difficultés rencontrées au Lioran, notamment, Alexandre Béraud vient compléter le podium masculin, au terme d’une course de 12 h 20'. Jonathan Moncany les a rejoints à l'arrivée après avoir bouclé son UTPMA, en 12 h 44'.

Chemcha Rabhi

Le calendrier 2019 des courses hors-stade en Auvergne.

Les classements

Fournis par pyreneeschrono.fr

Commentaire