Actualité sportive en auvergne



Photo © christian stavel

Le Stade Aurillacois face à son destin

Un réajustement dans le staff et une semaine de repos plus tard, les Aurillacois retrouvent le pré du stade Jean-Alric à l’occasion de la réception de Béziers, ce dimanche (14 h 15). Un match où la défaite est tout bonnement interdite.

S’il fallait trouver une bande-son à ce match entre Aurillac et Béziers, on pourrait sans problème aller piocher un titre dans le répertoire de Claude François et dépoussiérer « C’est la même chanson ». Parce que pour les Cantaliens, comme depuis quelque temps et comme ce sera surtout le cas jusqu’à la fin de la saison, c’est : défaite interdite à domicile.

« J’ai l’impression que c’est tous les week-ends comme ça, sourit Thierry Peuchlestrade. On se répète peut-être chaque semaine mais la Pro D2 est devenue très homogène. On ne fait pas un mauvais championnat mais vu que la concurrence est très relevée, on se retrouve dans une situation inconfortable au classement et on se doit de répondre présent à chaque fois. Parce qu’on joue notre survie à chaque match. »

 

« On joue notre survie à chaque match »

 

Après une victoire en demi-teinte face à Colomiers il y a quinze jours dans un match vital pour le maintien, c’est un tout autre défi qui attend Paul Boisset et ses hommes ce dimanche après-midi face à Béziers. Solidement attachés à la sixième place malgré trois points retirés par la DNACG (l’ASBH passera en appel jeudi pour tenter de les récupérer), les Biterrois ont clairement affiché leur envie de venir faire un coup dans le Cantal pour continuer à rêver d’une qualification.

C’est donc à des Héraultais ambitieux et en pleine bourre que les Aurillacois vont avoir affaire. « On s’attend à un match difficile, analyse le technicien cantalien. Parce que Béziers est une équipe difficile à manoeuvrer et qu’on doit faire face à beaucoup d’absences. Mais c’est les aléas d’une équipe de rugby et on sera prêts. On sait que c’est le premier match d’un bloc très important et qui pourrait avoir une grande influence sur notre fin de saison. À nous de le commencer de la meilleure des manières. »

La victoire est clairement l’unique alternative qui se présente aux Cantaliens ce dimanche après-midi. Surtout que les résultats de vendredi soir ont généré un nouveau resserrement dans la lutte pour le maintien, notamment avec la victoire bonifiée de Colomiers face à Vannes.

S’ils veulent se donner un peu d’air, les Aurillacois vont donc devoir faire un grand match et, pour une fois, essayer de se montrer constants 80 minutes durant. Un sacré programme.

 

Nourredine Regaieg

Commentaire