Actualité sportive en auvergne



Photo © Camille Sayec

La nouvelle vidéo délirante de Rad Cow

Alors que sa vidéo de « Slip N Slide » avait fait le buzz dans le monde entier, Rad Cow, une marque inventée par l’Aurillacois Charles Dauzet, revient avec trois nouvelles vidéos.

Après des débuts plus que réussis et une vidéo visionnée à maintes reprises à travers le monde ( voir le Slip N Slide qui avait fait le buzz  ou la vidéo Skiing with my cows ), il était difficile pour Charles Dauzet d’en rester là. « J’ai réfléchi tout au long de l’année passée à ce que je pouvais proposer pour continuer de faire vivre la chaîne. L’idée était de rester sur le même site, un lac privé situé à proximité de Saint-Chamant, mais surtout d’être innovant, je voulais faire quelque chose que personne n’avait encore fait » , témoigne ce grand amateur de sensations fortes et de sports extrêmes.


Conscient des attentes suscitées par ses débuts remarqués, le jeune Aurillacois de 24 ans a une nouvelle fois fait appel à son imagination et à son goût du risque pour élaborer trois nouvelles « attractions » à sensations: du jet ski tracté par une voiture, un pendule géant du haut d’une tour de huit mètres et la folle arbalète humaine, élément phare de l’univers Rad Cow cette année. 

Photo © Camille Sayec
L'Arbalète.


Photo © Camille Sayec
Le pendule géant.


« Je donne les idées, je recherche et finance les matériaux nécessaires à la réalisation des structures que je réalise avec l’aide d’amis et de ma famille. Je n’hésite d’ailleurs pas à prendre conseil auprès d’un maximum de personnes pour prendre le minimum de risque possible », explique Charles Dauzet. Car le risque fait bel et bien partie de ces activités extrêmes. « Aujourd’hui, pour que ce genre de vidéos fonctionne il faut du risque et je dois dire que je me suis mis pas mal de pression supplémentaire par rapport à ça », admet-il. 

C’est la raison pour laquelle Charles Dauzet fait aussi office de cobaye pour chacune des attractions, la sécurité de ses amis étant primordiale à ses yeux. Pour cela, les cascadeurs se protègent avec des gilets, de minerves, de casques et de chaussures financés, pour la plupart, par Neil Pryde, une marque australienne de planche à voile et d’activités nautiques qui sponsorise le jeune Cantalien après que ce dernier l’a démarché. 

Là ne s’arrête pas le long travail estival de Charles Dauzet qui s’est aussi consacré au montage de ses vidéos après s’être chargé des différentes prises de vues à l’aide d’une caméra, d’un drone et d’une caméra GoPro.  

Le temps presse pour l’Aurillacois qui, à la rentrée, va se consacrer à un autre projet. Professionnel cette fois. En effet, ce dernier va lancer sa propre entreprise à Toulouse (Haute-Garonne). Une entreprise de recyclage qui s’occupera de la collecte des déchets par catégorie. « C’est un domaine qui m’intéresse depuis longtemps, je cherche donc des idées dans le domaine de l’environnement et pense qu’il reste encore beaucoup de chose à faire en la matière », conclut-il.  



Commentaire