Actualité sportive en auvergne



Photo © christian stavel

Aurillac-Béziers, les enjeux du match

Ce vendredi 6 septembre, Aurillac (4e) accueille Béziers (11e) pour la 3e journée de Pro D2. Un choc qui doit permettre aux Cantaliens de confirmer leurs bons débuts en championnat et leur place dans le haut du classement.

Une série à poursuivre

En recevant des Biterrois qui ont procédé à pas mal de changements par rapport à l’équipe qui a battu Valence-Romans, Aurillac a l’occasion de signer une troisième victoire consécutive. Une série que le Stade n’a plus connue depuis la saison 2015-2016. A l’époque, les Auvergnats avaient démarré l’année par quatre victoires de rang (Biarritz, Colomiers, Tarbes, Montauban).

Aurillac n'a plus connu de série de trois succès de rang depuis la saison 2015-2016. A l'époque, c'est en battant Tarbes que le Stade y était parvenu avant un 4e succès contre Montauban. 
Les hommes de Thierry Peuchlestrade et Jeremy Davidson avaient ensuite connu une nouvelle série de trois succès consécutifs plus tard dans la saison (Bayonne, Tarbes, Montauban). Cette année-là, les Aurillacois avaient ensuite atteint la finale de Pro D2, perdue 21-16 contre Bayonne, à Toulouse.

A la recherche d’un match plein jusqu’au bout

Les deux premières victoires sont arrivées après des scénarios similaires : une très grosse première période, avec du réalisme offensif et une conquête redoutable, puis un second acte moins souverain, mais où l’avance acquise avant la pause était assez confortable pour l’emporter. Contre des adversaires qui ont su réagir au retour des vestiaires, Aurillac n’a à chaque fois inscrit que trois points en seconde période. Avec un contenu pas tout à fait identique cependant.

« On avait surpris Biarritz, et c’est normal qu’ils se soient fait disputer à la pause et reviennent avec plus d’envie. Rouen, pareil. Mais je pense qu’à Rouen on a mieux géré la deuxième période. On est restés conquérants en mêlée et présents dans les rucks, même s’il y a eu moins d’intensité dans notre rugby. Mais ce n’était pas comme contre Biarritz »

Thierry Peuchlestrade (Entraîneur du Stade Aurillacois)

Face au BO, les Cantaliens avaient ensuite été pris dans le combat par les Basques. Ce ne fut pas le cas contre les Normands, dans un deuxième acte certes brouillon et haché des deux côtés. Contre Béziers, Aurillac doit cette fois être capable de garder le même degré d’implication, d’intensité et d’efficacité, même après la mi-temps.

Jonathan Best (capitaine de Béziers) « Le match contre Aurillac sera un vrai test »

Surfer sur les automatismes

Au coup d’envoi, ce soir, Aurillac présentera un XV de départ à peine modifié par rapport au déplacement à Rouen. Seuls deux changements sont à noter : les titularisations de Smith au talon en lieu et place de Rieu, et de Sagote qui succès à Cassan, au centre. Le talonneur néo-zélandais est remis de sa blessure à une cheville contractée en préparation et va faire ses débuts cette saison, tandis que le centre avait déjà été aligné contre le BO, déjà avec Colliat à ses côtés.Sur le banc contre Biarritz, Salles était entré au bout de six minutes. Il avait ensuite enchaîné comme titulaire à Rouen. Ce soir, il va disputer son 50e match avec le Stade Aurillacois.

Au total, 10 joueurs vont disputer leur troisième match consécutif comme titulaire, en considérant Salles de la sorte. Certes, l’ailier était sur le banc contre le BO, mais il était entré en jeu dès la 6e minute après la blessure de McPhee (cheville). Ces automatismes seront précieux pour signer une nouvelle grosse entame et produire ce jeu qui a accouché de six essais en deux rencontres.

Jean-Paul Cohade

La fiche

Aurillac-Béziers, coup d’envoi à 20 heures, Stade Jean-Alric. Arbitre : M. Lespes. Match à suivre en direct commenté sur lamontagne.fr et sports-auvergne.fr

Aurillac : Coertzen ; Yobo, Colliat, Sagote, Salles ; (o) Neisen, (m) Bouyssou ; Adendorff, Hewat, Lebreton ; Corbex (cap.), Dufour ; Ojovan, Smith, Nostadt.

Remplaçants : Rieu, Amrouni, Hézard, Roussel, Boisset, Duoburdeau, Cassan, Kartvelishvili.

Béziers : Zenon ; Douglas, Williams, Alvar, Tawalo ; (o) Dreuille, (m) Pic ; Kelly, Massot, Barrère ; Maamry, Best (cap.) ; Samaran, Ferrer, Lafon.

Remplaçants : Esteriola, Saladze, Desroche, Viiga,Munilla, Latorre, Berard, Hagan.

Commentaire