Actualité sportive en auvergne



Aurillac battu à Vannes (34-13) : "On n'arrive pas à concrétiser nos temps forts"

Pourtant dominateur durant le premier acte, Aurillac s'est incliné lourdement à Vannes, vendredi 4 octobre. La faute à un sévère manque de réalisme de la part des Cantaliens. Après Béziers et Grenoble, c'est la troisième défaite de rang pour le Stade, désormais 12e mais avec un match en retard.

Thierry Peuchlestrade (entraîneur d'Aurillac) :

« On était bien rentré dans ce match, on a répondu présent dans le combat, dans le contenu, c’était plutôt bien. On a dû passer trente minutes sur les 40 dans leur camp, mais à ce jeu il faut marquer, à la main ou au pied, et on a été dans l’incapacité de le faire. (...). Après, on a vu une deuxième période moins aboutie. On a davantage souffert, chaque fois qu’on était chez nous on a été pénalisé et, de trois points en trois points, on est sortis du match ».

Jérôme Dufour (2e ligne d’Aurillac) :

« On fait beaucoup d’approximations, de fautes, d’imprécisions, on n'arrive pas à concrétiser nos temps forts. On est frustrés parce que le score reflète pas le match. C’est compliqué. On arrive pas à marquer, tout simplement. En première période on passe je ne sais combien de temps sur leur ligne, on a des mêlées, on avance, mais on marque pas. On repart avec zéro point donc mentalement c’est dur. Et eux ils viennent dans notre camp, ils marquent à chaque fois qu’ils viennent. On a joué comme on pensait devoir le faire. Ca n’a pas fonctionné malheureusement. On n’a pas fait un mauvais match dans l’ensemble. Il faudra réanalyser le match avec du recul, mais je pense que ce qui nous fait défaut c’est qu’on arrive pas à concrétiser. Le match on le perd comme ça."

Jean-Noël Spitzer : (entraîneur de Vannes) :

« La mise en route n’était pas facile, mais c’est la faute à l’adversaire, qui était bon. Ils avaient une bonne conquête, surtout sur une très bonne mêlée et en ce moment on manque un peu de densité athlétique. Ils ont appuyé sur ce secteur là, et ensuite, c’est une équipe qui a quelques très bons joueurs, notamment leur 12 (Sagote) qui nous a fait mal, les a mis dans l’avancée constamment. Je félicite mes joueurs, ils ont sur être réaliste sur le peu de possessions qu’ils ont. On a réussit quand même à prendre le score et surtout, à 14, ils se sont vraiment livré pour défendre leur en-but, mais clairement si Aurillac avait viré en tête à la mi-temps ça n’aurait pas été volé.

A Vannes, Jean-Paul Cohade

Commentaire