Actualité sportive en auvergne



Football Régional 3
Photo © Dominique PARAT

Sanctions "modérées" dans l'affaire du taser

La commission de discipline de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de football s'est réunie en audition vendredi soir à Cournon (Puy-de-Dôme) pour statuer sur les suites des incidents qui ont émaillé le match entre Montluçon (B) et Aulnat, le 15 avril.

Les premières sanctions sont tombées dans le cadre de l'agression présumée au taser survenue en marge du match entre Montluçon et Aulnat. Le 15 avril, la rencontre de Régional 3 de football opposant l’équipe réserve de Montluçon Foot à Aulnat n’était pas arrivée à son terme, au stade des Îlets, à Montluçon.

Ce jour-là, après un début d'échauffourée au cours de la première mi-temps, un spectateur était descendu des tribunes et avait pénétré sur la pelouse pour s'en prendre à un joueur aulnatois. D'abord éconduit hors du stade par des délégués du match, il était revenu à la charge à la mi-temps et avait réussi à s'introduire dans le couloir menant au vestiaire visiteurs, muni d'un taser. Il aurait alors agressé verbalement et physiquement des joueurs d'Aulnat.

Trois matchs de suspension de terrain, dont un avec sursis, pour Montluçon


Pour cet acte de violence avec usage ou menace d’une arme, « l'homme que les membres du club ont reconnu comme étant l’auteur principal des faits a vu sa sanction être différée, le temps d'être sûr de son identité », reconnaît le président de la commission de discipline de la Ligue Aura, Pierre Eynard.

Le Montluçon Foot, déjà suspendu à titre provisoire, s'est vu infliger, en plus d'une amende, une sanction « relativement modérée » de trois matchs de suspension de terrain, dont un avec sursis. Cette dernière concerne uniquement l'équipe réserve du club montluçonnais, qui devra donc évoluer sur « son terrain de repli, au Dunlop ».

La rencontre sera rejouée à huis clos


D'autre part, le joueur d'Aulnat, qui, selon le rapport de l'arbitre de la rencontre, aurait « ouvert la porte du couloir – fermée de l'intérieur – permettant à l'agresseur d'entrer dans les vestiaires », a lui aussi été sanctionné par la commission de discipline. « Bien qu'il nie les faits et que rien ne dit qu'il ait tenté d'en découdre avec l'agresseur » présumé, son « attitude inconvenante et inapropriée » lui vaut d'écoper de quatre matchs ferme. Une suspension qu'il a déjà en partie purgée, puisqu'il était déjà suspendu à titre conservatoire.

« La faute n'incombant pas directement aux joueurs des deux équipes, le match, qui avait dû être interrompu, sera rejoué, mais à huis clos, et se tiendra probablement au Dunlop », précise Pierre Eynard.

Quand on gagne 2-0 et qu'on paye pour des choses dont on n'est pas responsable, c'est forcément dur à digérer

À une journée de la fin du championnat et alors que les deux équipes peuvent encore prétendre à la montée en Régional 2, la date du report n'est pour l'heure pas connue. Une chose est sûre, « la rencontre devra être programmée avant la dernière journée ».

Joint par téléphone, le président du club montluçonnais, François Brochet, regrette de « devoir rejouer ce match, qui plus est à huis clos », mais ne s'attendait pas à un autre dénouement. « Quand on gagne 2-0 et qu'on paye pour des choses dont on n'est pas responsable, c'est forcément dur à digérer. Le problème, c'est qu'on ne pouvait pas valider un match qui n'est pas allé jusqu'à sa fin... C'est regrettable, mais on respecte cette décision », assure celui qui laissera la présidence en fin de saison.

Commentaire