Actualité sportive en auvergne



Photo © Jean-Louis GORCE

Fabien Chartoire vainqueur du 100 km de Belvès sous les 7 heures

Fabien Chartoire a remporté, ce week-end, le 100 km de Belvès, dans l’excellent chrono de 6 h 55’ 03’’, record personnel à la clef. Retour avec l’Ambertois sur une vraie perf.

Fabien, comment s’est déroulé ce 100 km ?
« Il faisait frais, le matin, au départ à 8 heures, ça piquait un peu, ensuite, certains ont peut-être été gênés par la chaleur, mais moi, ça a été. Je voulais essayer moins de 7 heures mais c’est vrai qu’il n’y en a quand même pas beaucoup qui l’ont fait. Le parcours n’est pas si difficile que cela mais il n’est pas évident non plus. Je suis parti sur la bonne allure et suis resté tout le temps dessus. Je pense que j’ai su trouver le bon rythme, j’ai bien maîtrisé, même si entre le 60 et le 70 km, je suis peut-être allé un peu vite. Et sur la fin, il y a eu 1,5 km de grosse montée où on perd une petite minute. Mais ça a tenu : 100 bornes, sans m’arrêter, sans marcher, sans coup de mou qui impacte ma performance. Je ne sais pas si ça a été une course parfaite, mais en tout cas, elle a été régulière, sans accroc. C’est une bonne perf. Enfin ! Enfin, faire moins de 7 heures (sourire). »

Cela commençait à vous peser de ne pas passer cette barre depuis vos 7 h 00’ 49’’ de 2016, aux Mondiaux de Los Alcazares (Espagne) ?
« Disons que le 100 km, ce sont des prépas toujours tellement longues. Alors quand on passe à travers… Un 10 bornes, on peut s’y remettre 15 jours après, là… C’est vrai que mes derniers championnats du monde ratés (abandon), et derrière, Millau où je n’aurais pas dû aller mais où je suis allé quand même... Après, il a fallu attendre 6 mois, l’hiver a été moyen. Non, vraiment une belle journée ! »

Quel est votre sentiment après cette performance par laquelle vous battez votre record personnel sur la distance ?
« En fait, c’est un peu bizarre, j’ai eu un souci dans ma préparation, j’ai eu mal au dos, ce qui m’a contraint à m’arrêter voilà 3 semaines, juste avant un week-end, un vendredi où je n’ai fait que la moitié de la grosse séance que j’avais prévue. Est-ce que finalement, ça a été un mal pour un bien, que ça m’a permis de faire du jus, parce que j’avais fait une belle semaine juste avant. Ça a peut-être été un mal pour un bien car après, quand j’ai repris, j’ai pu bien travailler le dénivelé. »

Justement, par rapport à vos précédents 100 km, le travail en amont a-t-il été différent ?
« En fait, je suis revenu à ce que j’avais un peu fait pour Millau, à savoir faire du trail-déniv : 30 bornes de trail avec 2.000 m de dénivelé positif et ensuite on enchaîne pendant 20 bornes sur du plat. Avec tout ça, en comptant le "déniv", on n’est pas loin d’avoir fait 70 bornes, ça forme bien les jambes. »

Avec un chrono comme celui-là, on peut reparler sélection ?
« Oui, bien sûr, mais on va voir. Moi, je l’avais dit avant : je voulais venir à Belvès pour ne pas monter à Amiens en fin d’année, j’espère que ça passera. Après, il faudra voir le mode de sélection mais si ça ne passe pas, je n’aurais pas de chance parce que jusqu’à présent, à 6 h 55, tout le monde était pris depuis longtemps. On verra bien, Amiens, ça peut aller vite mais les 7 heures, faut les faire, moi je les ai fais, aux autres maintenant ! (rires) Disons que je ne suis pas dans la plus mauvaise position… »

Propos recueillis par Jean-Philippe Béal
 

LE PODIUM
1. Fabien Chartoire (Courir en Livradois Forez), 6 h 55’ 03’’ ; 2. Emmanuel Gault (CA Balma), 7 h 28’ 52’’ ; 3. Raphaël Gérardin (Perols Footing), 8 h 10’ 01’’.

Commentaire